15 juil. 2011

L'ORGASME

ICI, le témoignage de deux  hétéros qui parlent de ce moment unique et MAGIQUE qu'est l'orgasme, qui n'a pas d'équivalent :

« ….Pour ma part il y a trois moment
le premier instant de la pénétration est une sorte de petite jouissance. c'est comme entrer son corp dans un bain chaud après avoir marché dans le froid pendant des heures. Chaque parti du pénis est enveloppé dans la douceur.
Et puis après avoir longtemp désiré un cul assez longtemps pour qu'on en bande il y a une sorte de plaisir intellectuel de le découvrir ou le redécouvrir.
Après il y a le pendant. j'essaie à chaque coup de sentir plus encore chaque détail du vagin en allant plus profondément ou plus rudement, il est possible que je perde la sensation d'y être que je ne sente plus rien. Je ressort alors un instant et je rerentre pour renouer le contact. la sensation est une sorte de tension chaude qui part du haut du gland et qui peut se prolonger jusque dans les muscles de l'entrejambe et du fessier plus la sensation augemente et plus je suis proche de jouir plus je peux sentir l'ensemble de mon pénis pas seulement les parois mais aussi les testicules l'intérieur mon gland durci a ce moment proche de la jouissance je ne contrôle plus les mouvements de mon corp qui pilonne tout seul tous les muscles sont tendus mais je ne sens plus que les parois du vagin sur mon pénis là c'est vraiment une sensation de fusion de pénétration intime le corp de l'autre fait partie du mien. la jouissance j'essaie de la porter au plus profond je me sens comme aspiré mes fesses restent bloquées pour appuyer le plus profond éjaculer au plus profond je reste tendu ainsi quelques secondes en tenant les fesses de ma compagne bien plaquées les jambes écartée. Pendant ces secondes, effleurer le penis a ce moment est insuportable il devient extrémement sensible. Il se vide par à coup chaque passage de la semanece je la ressent de la ou elle vient jusque dans le milieu du du sexe je sens ma prostate se contracter pour propager une onde de plaisir jusqu'au bout du gland cela se répète en vagues de moins en moins intenses que j'essaie de prolonger. plus la jouissance est puissante et plus j'empale fort ma compagne il arrive que ce ne soit pas suffisant et que j'ai le sexe encore bien bandé il suffit alors de repartir en faisant de petits mouvements puis de plus grand à cause de la sensibilité du gland. On peut ne pas débander si on se force à continuer malgré que le penis ne peut plus souffir de mouvements.
La nature est bien faite tout est fait pour que l'homme éjacule bien au fond plaqué bien fort contre le conduit et qu'il n'en bouge pas pendant une minute de manière à ce que les demis-batards tétards fassent leur odyssée vers l'emmerdement maximum … »

« L'entrée dans le vagin est un moment quasi-magique... Je sens mon sexe entièrement enveloppé, c'est une petite jouissance!
Ensuite... cette sensation se prolonge, je me sens à l'intérieur de sa partenaire, bien au chaud...
L'éjaculation paradoxalement j'ai l'impression que je ne ressent pas encore le plaisir maximum à ce moment là. Cependant ça m'est déjà arrivé d'avoir de très belles éjaculations à l'intérieur.
L'image, c'est comme envoyer de l'énergie à sa partenaire... qui sortirait par mon sexe pour aller vers elle… »
Les Meufs ossi !

4 commentaires: